Les membres au Casino Woodbine signent une convention collective historique

Les membres de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) travaillant au Casino Woodbine à Toronto ont conclu une nouvelle convention collective qui comprend des gains historiques et qui établit un précédent important pour tout le secteur des jeux de hasard.

L’entente prévoit d’importantes augmentations salariales, des améliorations au régime de retraite et des mesures pour lutter contre la précarité d’emploi au casino.

Les membres ont ratifié leur entente avec la Great Canadian Gaming Corporation (GCGC) le 15 août 2019.

Il s’agissait de la première ronde de négociation avec le nouvel exploitant privé depuis que le gouvernement de l’Ontario a transféré l’installation à GCGC l’an dernier.

Les membres de la section locale à charte directe 533 ont pris position dès le départ et ont donné un fort mandat de grève à leur équipe de négociation avant même le début des pourparlers pour forcer l’employeur à se présenter à la table.

Parmi les 18 unités du secteur des jeux en Ontario, beaucoup ont accepté des offres avec concessions. La tendance était donc défavorable pour les membres de l’établissement Woodbine. Mais, grâce à une détermination et à une solide stratégie de mobilisation, ils ont obtenu une entente sans concession et ont réalisé des gains importants qui inversent la tendance dans ce secteur.

« Je suis fière de nos membres qui se sont mobilisés pour faire pression sur l’employeur et conclure une formidable entente qui élève les standards pour l’ensemble du secteur des jeux », déclare Sharon DeSousa, vice-présidente exécutive régionale de l’AFPC-Ontario. « Nous avons réalisé des gains substantiels, dont l’ajout d’une clause qui prévoit qu’au moins 50 % des postes de l’unité doivent être à temps plein! »

Voici quelques points saillants de l’entente de quatre ans, qui vient à échéance le 31 mars 2023 :

  • Augmentations forfaitaires la première année, qui varient entre 3,1 % et 8,7 %, et création de quatre niveaux de croupiers entraînant des augmentations variant entre 3,7 % et 25,1 % du taux de rémunération des croupiers, en plus d’une augmentation générale de 2 % en 2020 et 2021, et de 2,25 % en 2022.
  • Quatre représentants de la section locale, dont le président, seront libérés à temps plein avec salaire. Un cinquième représentant sera libéré lorsque l’unité comptera 1 300 membres, puis un représentant supplémentaire sera libéré à temps plein pour chaque tranche additionnelle de 500 membres. Le président de la section locale touchera un taux horaire correspondant au plus haut taux de rémunération de l’unité de négociation, tandis que les autres membres toucheront 1,50 $ de moins l’heure.
  • Rémunération de huit heures par quart de travail (au lieu de 7,5) pour les croupiers et pauses plus fréquentes.
  • Amélioration des dispositions sur la pension à compter de la quatrième année de l’entente.
  • Congé de deuil est bonifié.
  • Amélioration des options pour l’établissement des horaires à temps partiel.
  • Accès au programme de remboursement des droits de scolarité de l’employeur.
  • Création d’un programme d’intervenantes auprès des femmes.

« Nous avons démontré que nous sommes des leaders du secteur des jeux de hasard et nous continuerons d’élever les normes pour tous les travailleurs et travailleuses dans cette province », ajoute Sharon DeSousa.

Topics: 

Employers: 

August 19, 2019