Nouveaux accords sur la garde d’enfants entre le fédéral, l’Î-P-É et le Nouveau-Brunswick

Le gouvernement fédéral vient de conclure deux autres accords bilatéraux en vue d’améliorer les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ces accords de trois ans avec l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick précisent la façon dont les paiements de transfert seront investis dans ces provinces.

« Nous sommes ravis que le gouvernement fédéral reconnaisse le rôle qu’il peut jouer pour régler la crise des services de garde dans notre région et partout au pays, surtout après une aussi longue période de désengagement », déclare Colleen Coffey, vice-présidente exécutive régionale de l’Alliance de la Fonction publique du Canada-Atlantique.

« On sait d’ores et déjà que l’annonce de la semaine dernière ne sera pas suffisante et on va maintenir la pression sur les gouvernements pour qu’ils en fassent davantage », ajoute Collen Coffey.

Améliorations ciblées

En vertu de ces accords, le Nouveau-Brunswick recevra 30 millions de dollars et l’Î.-P.É, 10,5 millions de dollars, pour un total de 40,5 millions sur trois ans. Comme le prévoit le cadre multilatéral annoncé en juin, les fonds fédéraux seront investis en fonction des enfants et des parents qui en ont le plus besoin.

L’accord avec l’Î.-P.-É. prévoit augmenter le nombre de places en garderie pour les bébés et répondre aux besoins des parents qui ont des horaires atypiques.

Pour sa part, le gouvernement du Nouveau-Brunswick injectera 41 millions de dollars dans le financement des services de garde. Le fonds total de 71 millions aidera la province à améliorer la gestion publique des services de garde en transformant au moins 300 garderies en centres de la petite enfance. Le gouvernement provincial affirme que ces centres pourront, grâce aux nouvelles mesures, offrir des programmes de qualité, abordables et inclusifs.

La campagne sur les services de garde porte fruit

La présidente nationale de l’AFPC, Robyn Benson, se réjouit que la question des services de garde s’inscrive dans les objectifs des élus et que tous les gouvernements s’engagent à régler les problèmes de longue date en matière de qualité et d’accessibilité.

« L’AFPC ne ménage pas ses efforts pour appuyer la campagne nationale sur les services de garde et celle-ci a clairement un impact. Cela devrait tous nous motiver à mettre encore plus de pression sur les gouvernements », ajoute Robyn Benson.

« C’est un sujet brûlant, surtout à l’approche de nombreuses élections provinciales et de l’élection fédérale qui suivra. Nous devons inciter tous les partis politiques à offrir des services de garde abordables, accessibles et de qualité pour l’ensemble des Canadiens et Canadiennes », renchérit-elle.
Joignez-vous aux voix de plus en plus nombreuses qui appuient la campagne Services de garde éducatifs pour tous.

Topics: 

Geography: 

September 11, 2017
Share/Save